Patrimoine, Culture, Loisirs ...

Bruailles , l'origine du nom

Dans le 1er millénaire Bruailles était couvert de forêts, l'accès se faisait en barque par les cours d'eaux, le Solnan et la Vallière afin de desservir le bourg et les quelques ilots habités à l'époque.  Nos ancêtres, par leur traditions, origines, coutumes, travail, tout simplement vécus, nous l' ont laissé en héritage et  construit peu à peu  tel que nous le connaissons aujourd'hui.

D'où vient-il? A peu près directement du mot celte breuil qui veut dire : étendue boisée, broussailleuse et giboyeuse et qui faisait réserve de chasse pour le Seigneur. La première fois que l'on trouve le nom dans les archives : en 1155 Broelliae, puis en 1183 ecclesia de broellis, c'est à dire: église de Breille, ce qui fait que vous êtes dans la tradition, avec la prononciation patoise: Breille. Comment est-il devenu Bruailles ? Vous n'avez qu'à prononcer Breille en ouvrant la bouche, et d'une manière nonchalante vous comprendrez tout de suite comment un officier public entendant prononcer nos pères à inscrit Bruailles.

 

 Le climat

Le climat de la commune de Bruailles est le climat rhodanien ou du sud-est.  Il se rapproche quelque peu du climat sequanien de la région du sud. Il est tempéré et ne se ressent guère du vent des montagnes du Jura. Pendant l'automne et l'hiver, le brouillard humide et pénétrant se répand sur le pays. L'air se trouve ainsi saturé d'humidité.

La neige est généralement de courte durée. Elle est un bienfait pour notre pays. Elle protège les cultures contre les risques extrêmes de l'hiver et les céréales semées tardivement germent régulièrement sous sa couche assez légère.

Les vents dominants sont le vent du midi et le vent du Nord ou la bise. Le vent du midi est souvent le précurseur de la pluie. Nos compatriotes ne se trompent guère sur ses effets: "il court du vent, disent-ils la pluie n'est pas loin".

Le vent du nord est le prélude du beau temps. Sec et froid en hiver, il nous débarrasse des brouillards. En été les fortes chaleurs sont souvent tempérées par la bise.

Le vent du sud-ouest :  le vent de traverse nous amène les orages; le tonnerre gronde sur notre plaine, écrase quelque fois les arbres à grandes tiges, peupliers et chênes et la pluie tombe fortement pendant quelques instants.

La température est très variable; en janvier la moyenne est de 1° et en juin elle atteint 22°.

Les gelée hivernales conviennent à nos sols argileux qu'elles soulèvent et rendent friables; les gelées printanières et tardives, très redoutées avec raison de nos cultivateurs, font des ravages importants et la nielle, la triste nielle,  ce brouillard infectieux cause des désastres incalculables aux plantes et aux arbres fruitiers à l'époque de la floraison.

Aux divers phénomènes météorologiques nous devons ajouter la grêle qui heureusement exerce rarement ses ravages dans notre pays.